Suivez nous sur :

Sport et activités physiques durant la grossesse

Sportive convaincue ou casanière, c’est selon son tempérament et son mode de vie, mais, à moins de troubles déclarés, toute femme enceinte peut faire du sport et doit avoir une activité physique durant la grossesse. Bon pour le corps en général et le périnée en particulier, le sport est également un excellent antidépresseur. Et ce qui est bon pour la maman est bon pour son bébé.

La sportive enceinte

Celle qui fait régulièrement du sport a développé une sorte de dépendance à l’effort physique en plus de l’esprit de compétition qui l’anime. L’annonce de la grossesse ne doit pas lui signifier que ses entraînements et ses compétitions sont finies.

On rapporte souvent l’exemple d’Alysia Montano cette championne américaine qui courait encore le 800 mètres en moins de 2 minutes lors de compétitions d’athlétisme alors qu’elle en était à 8 mois de grossesse. Sans pour cela tenter d’égaler la performance ni de repousser le record de la compétition enceinte, la sportive confirmée doit continuer à pratiquer son sport tant que celui-ci n’est pas trop violent (coups, impacts, chutes…) et ne présente pas de risques. Outre le bénéfice physique, la pratique continue de son sport préféré est nécessaire voire indispensable à son moral et à sa bonne humeur.

Il est important de de parler de son sport à son médecin qui saura conseiller des adaptations à réaliser et des limites à respecter tout au long de la grossesse selon l’état de santé de la maman et du fœtus. Pour rappel, un saignement doit immédiatement stopper l’exercice et amener à consulter ; de même, il est conseillé de ne pas pratiquer d’exercices couchés sur le dos (banc de musculation, exercices au sol…) surtout à compter du quatrième mois car cette position nuit à la circulation sanguine.

La casanière enceinte

Celle qui ne pratique pas d’activité physique a tout intérêt à profiter de sa grossesse pour prendre davantage soin de son corps en l’entraînant davantage à l’effort physique. Se bouger en général permet de contrôler son poids, y compris pendant la grossesse. Outre ce contrôle, l’activité physique pour la femme enceinte est reconnue comme limitant les risques de pré éclampsie (hypertension artérielle) en améliorant le retour veineux ainsi que ceux du fameux diabète gestationnel.

Pour celles qui ne pratiquaient pas avant leur grossesse un sport ou une activité physique, même si des exercices en salle comme le yoga ou des séances de piscine sont toujours conseillés, nul besoin forcément d’installations sportives pour se maintenir ou optimiser sa forme durant la grossesse. Vélo d’appartement, promenade, marche rapide sont faciles à pratiquer sans risque et sans moyens particuliers tout comme emprunter les escaliers plutôt que les ascenseurs, descendre du bus un arrêt avant sa destination, garer sa voiture un peu plus loin que prévu….

Des bénéfices à long terme

L’activité sportive durant la grossesse est une source de bienfaits tant pour toute la durée de la gestation que pour l’accouchement et même après la naissance. Les bienfaits physiques (meilleur retour veineux, limitation des risques gestationnels) dont la femme enceinte aura profité durant sa grossesse se constatent aussi après l’accouchement en limitant les désagréments (incontinence, mal de dos…) et en facilitant la rééducation périnéale. Outre ces bienfaits physiques, la pratique de l’exercice durant la grossesse permet de prévenir au niveau psychologique la dépression post-partum (baby-blues) en faisant mieux vivre sa grossesse et le rapport à son corps.

Brigitte C.M

Partager.