Suivez nous sur :

Provoquer l’accouchement ou déclencher le travail

Pour des raisons médicales mais aussi pour des raisons pratiques on peut être amené à provoquer un accouchement, Il est parfois plus confortable ou plus prudent d’aider un peu la nature pour déclencher un travail qui se fait attendre. Quand et pourquoi provoquer l’accouchement ? Comment déclenche-t-on le travail ? Déclenchement et stimulation du travail, les méthodes des professionnels et les astuces des mamans.

Pourquoi provoquer l’accouchement ?

Seul un médecin peut décider de provoquer l’accouchement que ce soit pour des raisons médicales liées à la santé de la maman et/ou de l’enfant ou pour des raisons de convenance.

On provoque  l’accouchement pour raisons médicales, le plus souvent lorsque la grossesse est à son terme, voire dépassé, mais aussi après une rupture de la poche des eaux sans travail ou lors de la survenance d’un problème de santé de la maman (hypertension, diabète) ainsi que lors de la constatation d’une  souffrance de l’enfant in-utero. Parce qu’après 42 semaines il devient dangereux pour l’enfant que la gestation se prolonge, ou lorsqu’une fois les eaux perdues, l’enfant n’est plus protégé par le liquide amniotique, le praticien décide alors de déclencher l’accouchement pour préserver la santé de l’enfant.

Les raisons de convenance pour provoquer un accouchement sont liées à la prudence, lorsque la maternité est éloignée du domicile, mais aussi  lorsque le papa veut assister à la naissance notamment avant une longue absence.

Comment déclencher l’accouchement ?

Pour que l’accouchement par voie basse puisse être conduit, la dilatation du col de l’utérus doit être suffisante et des contractions doivent être ressenties. Si ce n’est pas le cas, il est possible de stimuler la dilatation du col ou de provoquer les contractions en apportant à la maman les hormones appropriées : l’ocytocine ou la prostaglandine.

L’ocytocine pour les contractions

C’est une hormone fabriquée naturellement par l’organisme que l’on injecte par voie intraveineuse. Le rôle de l’ocytocine est de provoquer les contractions que l’on surveille alors puisqu’elles ont tendance à être plus rapides et plus intenses selon la dose d’ocytocine injectée. Le contrôle des contractions se fait par un monitoring toujours accompagné d’une surveillance in-utero du rythme cardiaque de l’enfant à naître.

La prostaglandine  pour ouvrir le col

Afin d’inciter le col à s’ouvrir le praticien peut décider l’application d’un gel ou d’un tampon de prostaglandine directement dans le col de l’utérus. La prostaglandine agit en quelques jours (2 à 3) pour ouvrir suffisamment le col. Lorsque cela est nécessaire, l’utilisation d’ocytocine peut alors être requise pour déclencher les contractions mais en quantité beaucoup plus réduite.

Décollement des membranes, rupture de membrane, ballonnet

Quelques temps avant la fin de la gestation, lorsque le médecin le juge nécessaire, il peut accélérer le processus en agissant directement sur les membranes qui forment la poche de liquide amniotique dans laquelle baigne l’enfant.

Le décollement artificiel des membranes

Une à deux semaines avant le terme, pour provoquer l’ouverture du col de l’utérus le praticien peut décoller de la paroi de l’utérus  la membrane qui y est restée accrochée. Pour libérer l’adhérence à l’utérus du sac amniotique, le médecin pousse légèrement cette membrane lors d’un toucher gynécologique qui ne nécessite pas d’hospitalisation. Cette manœuvre simple n’est qu’une maturation du processus naturel qui permet d’accélérer la dilatation du col et de déclenchement des contractions.

La rupture artificielle des membranes

Autre possibilité mais qui nécessite que le col de l’utérus soit dilaté d’au moins 2 à 3cm, et que l’enfant in-utero soit bien présenté et appuyé contre le col,  la rupture des membranes consiste à rompre la poche de liquide amniotique à l’aide d’un petit outil spécifique afin que la parturiente perde les eaux et que le processus de l’accouchement se déclenche.

Le ballonnet

Afin de dilater un col d’utérus trop fermé en fin de gestation, le médecin peut procéder à la pose d’un ballonnet dans l’ouverture du col. Le ballonnet est d’abord mis en place à l’aide d’un cathéter puis gonflé à l’eau stérilisé. La dilatation du ballonnet favorise l’ouverture du col jusqu’à 3cm environ. Lorsque le col a atteint l’ouverture requise par le volume du ballonnet, en une douzaine d’heures environ, le ballonnet tombe de lui-même.

Les trucs et techniques pour provoquer l’accouchement

De mères en filles, des astuces pour déclencher l’accouchement se sont transmises au cours des générations :

  • L’excitation sexuelle et l’orgasme sont de très bons stimulants de la production naturelle d’ocytocine dont le rôle est primordial dans le déclenchement des contractions.
  • La marche et l’activité physique mesurée permettent par gravité de faire appuyer l’enfant sur le col et de stimuler naturellement le processus de positionnement du bébé ainsi que l’ouverture du col.
  • L’homéopathie est envisageable mais sous la surveillance et les conseils d’un praticien car même la tisane de framboisier, réputée pour détendre l’utérus, doit être consommée avec prudence.
  • L’acupuncture, est une méthode récente chez nous mais qui est de plus en plus pratiquée par des sages-femmes acupunctrices.

Brigitte C.M

Partager.