Suivez nous sur :

L’âge où l’on devient maman

L’âge moyen de la première grossesse, celle qui fait passer la femme au statut de mère, ne cesse d’augmenter en France mais aussi en Europe. 28 ans et demi en 2015 c’est l’âge moyen de la première grossesse qui augmente depuis 1998 d’un peu plus d’un an chaque année (1,2 an). Qui devient mère plus tôt et qui le devient plus tard ? Les causes d’une première maternité repoussée à plus de 28 ans et quelles conséquences sur les maternités futures ? Une étude démographique sur l’âge où l’on devient maman en France.

Plus de 28 ans, l’âge moyen de la première grossesse

L’étude est de publication récente (mars 2017) et fait le point jusqu’en 2015 sur l’age moyen de la première grossesse et des maternités suivantes.

Entre 1974 et 2015 soit en 41 ans, il a été constaté que l’âge moyen de la première grossesse avait augmenté de quatre années et demie soit en passant de 24 ans à 28 ans et demi. C’était déjà une confirmation de cet écart croissant puisqu’en 1967, les femmes avaient leur premier enfant à 22 ans !

Donc en 50 ans l’écart est devenu plus que significatif (de 22 ans à 28,5 ans) en France voire plus important encore sur la moyenne européenne (28,8 ans).

Si c’est en Bulgarie que les femmes deviennent mères pour la première fois au plus tôt (25,8 ans) ; en Grèce, au Luxembourg, en Espagne et en Italie, la première naissance arrive vers 30 ans et au plus tard à plus de 30 ans (30,7 ans) en Italie.

Les naissances suivantes à partir de 31 ans

La seconde maternité et les suivantes se produisent en moyenne elles-aussi un peu plus tard qu’avant mais l’écart n’augmente que lentement.

La naissance d’un deuxième enfant arrivait en moyenne autour de 27,9 ans en 1974, 29,9 ans en 1988 et 31 ans de nos jours (en 2015) puis à 32,6 ans pour le troisième enfant lorsque celui-ci arrive.

En résumé on peut dire que si les femmes ont leur premier enfant bien plus tard qu’il y a 9 ans (+ 10 mois) l’âge moyen au deuxième enfant voit une hausse plus contenue (+ 7mois) et l’écart se réduit encore pour le troisième enfant (+ 4 mois).

La durée des études comme cause première de l’âge à la première maternité

C’est la principale cause mise en exergue, celle de la durée des études et du niveau d’études atteint, qui explique ces premières maternités de plus en plus tardives. Plus les femmes sont diplômées et plus elles retardent leur accession au statut de maman.

En 2012 il a été constaté que les femmes peu ou pas diplômées (BEPC, brevet, CEP…) devenaient mère à moins de 26 ans (25,6 ans), alors que les femmes diplômées du supérieur (bac +…) accédaient à la maternité aux abords de la trentaine (29,6 ans) soit 4 ans plus tard.

La différence ne s’estompe pas avec le temps même si le recul de l’âge de la première maternité y est également présent. Les femmes peu ou pas diplômées ont leur premier enfant de nos jours 4 mois plus tard qu’en 2006 alors que les femmes les plus diplômées l’ont 1 mois plus tard seulement. Il est sensiblement admis que le cap psychologique de la trentaine est un déclencheur pour les femmes souhaitant enfanter quel que soit leur niveau d’études.

Par contre, une fois le statut de maman acquis après la première naissance, les femmes au niveau d’études supérieur passent moins de temps à décider de la venue d’un deuxième puis d’un troisième enfant (4,1 ans d’écart en moyenne entre le premier et le second enfant pour les plus diplômées contre 4,4 ans pour les mères peu ou pas diplômées).

A savoir : Au sein de la population vivant en France, l’origine des femmes immigrées joue elle-aussi mais suit la même tendance que dans leur pays d’origine. Ainsi les femmes immigrées d’origine italienne ou espagnole sont toujours les plus tardives à avoir leur premier enfant (> 31 ans) alors que les femmes d’origine turque sont les mères les plus précoces (24 ans environ).

Source : Sabrina Volant, division Enquêtes et études démographiques, Insee

Brigitte C.M

Partager.