Suivez nous sur :

Suites et retours au sortir de la maternité

Sortie de couches, sortie de la maternité, retour à la maison, retour de couches sont des étapes normales post-accouchement. Ces termes et les interrogations qui les accompagnent peuvent inquiéter la maman se sentant parfois désemparée en rentrant à la maison.

Les suites de couches

Manifestement la grossesse a transformé provisoirement la silhouette et l’organisme. Le bébé né a laissé un grand vide dans le corps qui s’était modifié pour l’héberger, le nourrir et le faire grandir. Les organes abdominaux ont été comprimés, distendus ou déplacés. C’est le cas d’abord pour l’utérus qui doit reprendre sa position et sa taille initiale ce qui s’accompagne dans les premiers temps par des sortes de répliques des contractions ressenties à l’accouchement : les tranchées, accompagnées de pertes des reliquats des muqueuses entourant l’œuf : les lochies. Ces manifestations, tout comme les seins gonflés par la montée de lait et la constipation sont normales mais ne doivent rester douloureuses sans aller consulter un médecin.

Conséquences de l’épisiotomie

L’épisiotomie est une pratique courante (47% des femmes) principalement pour les primipares (premier accouchement). Cette incision du périnée qui a permis de dégager plus d’espace pour passer la tête du bébé est ensuite recousue à l’aide de quelques points de suture. La cicatrisation mérite d’être particulièrement surveillée en pratiquant une hygiène rigoureuse et en séchant la zone à la suite des toilettes fréquentes en présence des lochies. Les points de suture se résorbent d’eux-mêmes en deux semaines et la cicatrisation devrait être complète en moins d’un mois. A part quelques tiraillements, la cicatrisation ne doit pas rester douloureuse sans consultation d’un médecin.

Fatigue physique

La fatigue est normale après l’accouchement mais elle va disparaître au fur et à mesure que l’organisme va revenir à sa condition d’avant la grossesse en une quinzaine de jours. Cette fatigue ne doit pas être contrariée mais devenir un repère pour régler sa vie de maman sur celle du nourrisson. Les siestes et les moments de repos doivent être privilégiés sans complexe. De même, les mamans doivent économiser aussi les efforts physiques notamment après une césarienne ou une épisiotomie afin de ne pas rouvrir les plaies. C’est le moment de relâcher le rythme sur l’entretien de la maison, la cuisine, les courses en mettant à profit l’entourage, les services d’aide à la personne et de livraison de courses en profitant éventuellement des allocations prévues à cet effet.

Baby blues

La déprime post-partum est une réalité. Elle se manifeste chez quasiment la moitié des mamans mais avec une intensité et des déclencheurs variables. Pour certaines, le baby-blues commence peu après l’accouchement alors que pour d’autres ce sera quelques jours ou quelques semaines après. On lutte contre le baby-blues en s’économisant en tant que femme active pour se révéler en tant que mère. Dès la maternité, le peau-à-peau est une excellente pratique qu’il faut conserver avec son bébé. Pour la femme qui se sent triste, il faut privilégier les contacts avec l’entourage en n’hésitant pas à confier cette tristesse qui est courante et ne doit pas devenir culpabilisante.

Mère mais aussi femme

Que la femme allaite ou pas son enfant, son organisme va reprendre plus ou moins rapidement le rythme d’avant la grossesse. La femme va redevenir féconde ce qui se manifeste par le ‘retour de couches’, c’est-à-dire le retour des règles. En moyenne les règles réapparaissent environ 2 mois après la naissance ou après le sevrage de l’enfant en cas d’allaitement. Avant que les règles ne soient revenues il faut donc envisager éventuellement une méthode de contraception dès les deux à quatre semaines après l’accouchement. Attention à choisir en accord avec le corps médical une contraception adaptée à l’allaitement et au temps de récupération des organes reproducteurs. Il faut compter au moins six semaines après l’accouchement pour que l’utérus reprenne sa taille initiale et que les lochies se tarissent. Si le désir sexuel ne revient pas alors que l’organisme s’y prête enfin, il peut se passer encore quelques mois avant que la femme ne prenne le pas sur la mère pour des moments torrides. En attendant, dans ce domaine aussi, il faut confier ses craintes à son partenaire et privilégier les câlins complices qui renforcent la cohésion du couple.

 

Brigitte C.M

 

 

 

Partager.